L'histoire de la vigne


Histoire et construction du vignoble
Dès le VIe siècle avant J-C, la vigne apparait en Gaule, introduite par les Grecs. Elle est maîtrisée en Bourgogne vers 50 après J-C, la vigne gauloise commence alors à concurrencer le vin italien…. A Gevrey-Chambertin, au lieu-dit « Au-dessus de Bergis », ont été découvertes les plus anciennes traces de plantation de vignes, datées de la fin du Ier siècle.
Le Moyen-Âge
Colonisation des coteaux et naissance des clos

A partir du VIe siècle, les vignes gagnent les coteaux et délaissent les villas gallo-romaines des plaines. Cette migration est fortement favorisée par la loi des Burgondes au VIe siècle qui transforme en propriétaire celui qui implante des vignes dans un terrain en friche. Les Clos voient le jour : ces murs de pierres sèches, couronnées de plusieurs rangs de laves légèrement inclinées pour faciliter l’écoulement des eaux pluviales, constituent un élément de protection de la vigne, notamment contre la divagation des animaux en liberté. Ils servent également à délimiter des propriétés qui appartenaient à de simples particuliers, à des institutions religieuses, aux ducs de Bourgogne ou aux rois de France. Les Clos les plus connus sont : le clos de Bèze à Gevrey-Chambertin, clos de Tart à Morey-Saint-Denis, clos de Vougeot, clos de Saint-Vivant à Vosne-Romanée.

Le Clos de Bèze
Doyen des clos bourguignons

Son histoire remonte à la fondation en 630 de l’abbaye du même nom (Saint-Pierre de Bèze située à 30 km au Nord-Est de Dijon). Selon les textes, le duc de Bourgogne Amalgaire dota les religieux de l’abbaye de Terres et de vignes sur la commune. Cependant, il fallut attendre le XIII° siècle pour que le clos corresponde aux 15 ha du clos actuel.

Le Clos de Vougeot
Le phare de la Côte de Nuits

Erigée par les moines de Cîteaux dès 1098, l’abbaye reçoit dès 1112-1115 des donations de quelques parcelles ainsi qu’un petit cellier. Le Clos actuel est cité pour la première fois en 1212. A la suite d’achats et d’échanges, les moines parviennent à acquérir le monopole du Clos. Ils construisent des bâtiments organisés autour de deux cours, à la fois lieux d’habitation et de travail pour les convers (moines chargés des travaux manuels). Le grand cellier et le dortoir datent de la fin du XIIe siècle, l’actuelle cuverie ayant été reconstruite vers 1476-1477. A la Renaissance sont construites les deux ailes du château, visibles depuis la grande route. Le bâtiment agricole devient alors une demeure de prestige pour les abbés de Cîteaux.

Du Moyen-Âge à l’époque moderne 
La mise en place d’un vignoble

Depuis la fin du Moyen-Âge, les pouvoirs spirituels et temporels agissent de pair pour affiner les pratiques et la réputation des vins de Bourgogne. En 1375, Philippe le Hardi promulgue une ordonnance qui préconise l’élimination du Gamay au profit du Pinot Noir, de meilleure qualité. En 1416, un Edit du Roi Charles VI fixe les limites de production du vin de Bourgogne, de Sens à Mâcon. A partir du XVIII° siècle, la viticulture change de visage avec la création en 1720 de la première maison de négoce de vins de Bourgogne, la maison Champy à Beaune. En 1847, Louis-Philippe accorde à Gevrey le droit d’accoler le nom de son célèbre cru le « Chambertin » au nom de la commune. Suivront Chambolle-Musigny, Morey-Saint-Denis, Vosne-Romanée… En 1855, Le Docteur Jules Lavalle établit la hiérarchisation des vins de Bourgogne dans son « Histoire et statistique de la vigne et des grands vins de la Côte-d’Or ». 4 catégories émergent : Tête de cuvée Romanée-Conti, Clos Vougeot, Chambertin et Chambertin Clos de Bèze....Vins de 1ère cuvée, Vins de 2ème cuvée, Vins de 3ème cuvée.

Époque contemporaine
Les mutations

Le vignoble connait de profonds bouleversements au XIX et XXe siècle. En 1875, le phylloxéra arrive en Bourgogne (puceron originaire d’Amérique qui attaque les racines de la vigne jusqu'au dépérissement). A partir de 1888, commence le greffage des vignes françaises sur des plants américains résistants. La physionomie du vignoble change profondément : la vigne, plantée jusque-là en foule, est alors replantée en ligne (la technique du provignage n'étant pas supportée par les nouveaux plants). La mécanisation se développe, entraînant avec elle la disparition progressive de pratiques ancestrales. Les pratiques frauduleuses face au manque de réglementation sur la provenance des vins, la guerre de 14-18, et la crise de 1929 conduisent à la mise en place d’appellations d’origine. En 1919, sont créées les appellations d’origine puis le 30 juillet 1935, le décret instituant 4 AOC (Appellations d'Origines Contrôlées) : appellation régionale, appellation communal, appellation 1er cru, Grand cru.

La Bourgogne
Référence mondiale pour la viticulture de terroir

Depuis 2000 ans, l’Homme cultive la vigne, guidé par la volonté de relier toujours plus finement le vin au lieu qui le produit, de l’identifier par son origine. Ce travail a donné naissance à une mosaïque exceptionnelle de plus de 1000 Climats, faisant de la Bourgogne la référence mondiale en matière de viticulture de terroir. Cet héritage matérialise l’empreinte des moines, des ducs de Bourgogne, des négociants et des vignerons… Le 4 juillet 2015, cette reconnaissance arrive avec l’inscription des Climats du Vignoble de Bourgogne au Patrimoine Mondial de l'UNESCO.